Cercle de silence d’Août : rencontres

Bonjour,
« – pas de chiffres : je ne suis pas assez attentive à cet aspect du cercle mais j’ai vu des jeunes , notamment, entrer dans le cercle pour quelques instants (renseignements pris : entre 30 et 45).

– toujours les transats en ville, un peu bruyants au départ , donc installation devant le théâtre mais pas de gêne liée au soleil : il se cachait derrière les nuages.

– l’affichage, réalisé au début comme l’avait suggéré Geneviève, a beaucoup interpellé les passants mais a suscité, dès le départ, une réaction un rien virulente… un homme m’a interpellée : « si je passe en vélo, que je n’ai pas vu vos affiches et que je tombe, c’est pour ma pomme ???? » je lui ai répondu que je l’ignorais ; pas satisfait, il a insisté : j’ai fini par lui montrer l’autre côté de la place avec tous les obstacles présents (tables, chaises, pots de palmiers, transats etc…) et je lui ai demandé s’il avait consulté la mairie sur le même sujet ; il n’a pas répondu mais a continué à me questionner sur le thème « c’est pour ma pomme? »
Je me suis demandé s’il ne fallait pas prévoir de mettre l’affichage devant le cercle pour éviter ce type de réaction et/ou de dommage éventuel.

– Un groupe de touristes espagnols : j’ai donné le tract à leur guide, qui leur traduisait les affiches, avec quelques explications ; elle a transmis.

– Un jeune couple très concerné par le difficile parcours des migrants : lui est arrivé d’Afghanistan à l’âge de 10 ans et il a eu beaucoup de mal à obtenir une régularisation alors qu’il se sent français ; le français est devenu sa langue, sa femme est française, il a un travail, un logement mais il est loin d’être citoyen à part entière.

– Un homme d’origine africaine et qui, en tant que travailleur dans le bâtiment, a participé à des travaux au CRA local ; il en garde un mauvais souvenir car il était très ému par la situation des retenus mais ne pouvait se permettre de refuser ce travail…

– Des constantes : beaucoup de remerciements notamment de jeunes et des encouragements à poursuivre ;
mais aussi « obtenez-vous des résultats ? »

– En fin de parcours, le régisseur son des transats est venu me signaler qu’il devait commencer son travail à 19h: je l’ai remercié pour l’attention qu’il avait à notre égard et lui ai dit que c’était l’heure à laquelle nous terminions.

Bon mois d’août et en septembre.

Emmanuelle

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.