2 enfants enfermés au CRA de Rennes !

 

Depuis vendredi soir 5 août, une mère de famille kosovare avec ses 2 enfants de 5 ans et 18 mois sont enfermés au CRA de Rennes.
Ils ont été arrêtés à leur domicile près de Laval, où ils étaient assignés à résidence, pour être conduits directement à l’aéroport de Paris.
La mère de famille a fait un refus d’embarquement. Elle a été placée avec ses 2 enfants au centre de rétention de Rennes.

Un rappel de la situation
Monsieur et Madame Baliu ont fui le Kosovo en 2009 pour demander l’asile en France. Leurs 2 enfants sont nés à Annecy, Ardiola en 2011 et Erdi en 2015.
Leur demande d’asile a été rejetée et la famille Baliu s’est retrouvé assignée à résidence dans un hôtel à Annecy. Quand la police s’est présentée pour les arrêter, seul le père de famille était présent. Il a été expulsé en décembre 2015.

La famille démembrée a trouvé refuge chez une soeur à Port Brillet. Cette petite commune de Mayenne s’est mobilisée pour soutenir Madame Baliu qui s’est rapidement investie dans la vie locale.
Après 6 années de présence en France, Madame Baliu a déposé une demande de régularisation, mais la préfecture de Mayenne ne lui a jamais répondu car elle était sous le coup d’une OQTF émise par la préfecture de Haute-Savoie.
Vendredi 5 août, la police se présente à leur domicile où ils étaient à nouveau assignés à résidence. La mère de famille et les 2 enfants sont directement embarqués vers l’aéroport.

Madame Baliu refusant de monter dans l’avion, elle est conduite avec ses 2 enfants au CRA de Rennes. Depuis 4 jours, une petite fille de 5 ans et son petit frère de 18 mois sont donc privés de liberté dans un univers carcéral pour de simples raisons administratives, car c’est là leur seul « crime » !

Rien ne peut justifier humainement de placer des enfants dans une prison pour étrangers, de les soustraire à leur milieu habituel en les soumettant à des formes multiples de violence.
Du haut de ses 5 ans, la petite fille s’interroge. « Ils veulent nous renvoyer où ? C’est ici chez nous, maman… »

Malgré les lourdes condamnations de la France par la CEDH (Cour européenne des droits de l’homme), le 12 juillet dernier, dans 5 affaires concernant l’enfermement de mineurs, le juge administratif a confirmé hier le placement en rétention de la mère et ses 2 enfants !

Epilogue : La famille B. a été libérée mardi 9/08 à 18h30 par la préfecture 53 !
Elle est repartie à Port Brillet. Pas d’audience demain.

RESF35 Carole Natalie

La Cimade rappelle que l’enfermement des mineurs est une mesure extrêmement grave. En France, elle est exclusivement réservée aux personnes étrangères. Les centres de rétention sont des lieux particulièrement anxiogènes et traumatisants. Les enfants sont particulièrement vulnérables à ces violences dans un univers carcéral : barbelés, cellules, verrous, vidéosurveillance et forte présence policière.

La circulaire du 6 juillet 2012 était censée encadrer et limiter la pratique. Elle s’est en réalité contentée de la cautionner. Quant à la loi du 7 mars 2016, elle ne fait que légitimer l’enfermement des enfants en rétention.

La Cimade appelle le gouvernement français à tirer toutes les conséquences des arrêts de la CEDH. La loi doit changer pour mettre fin à l’enfermement en rétention des enfants, y compris à Mayotte.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.