RENTRÉE 2016 dans le Doub

Deux enfants en bas âge enfermés deux fois en un mois

La CIMADE du 02 septembre 2016. (lettre d’infomation N° 95)

barbelesAlors que le 12 juillet dernier, la France a été condamnée par cinq fois par la Cour européenne des droits de l’Homme pour avoir enfermé des familles accompagnées d’enfants mineurs en rétention, le préfet du Doubs persiste et signe. En témoigne l’acharnement administratif exercé à l’encontre d’une famille kosovar, enfermée à deux reprises en moins d’un mois au CRA du Mesnil-Amelot

Le 2 août 2016, les forces de l’ordre se rendent au domicile d’un jeune couple kosovar et de leurs deux très jeunes enfants de 1 et 3 ans, dans le but de les conduire manu militari au centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot en vue de leur expulsion programmée dès le lendemain. Nullement avisée au préalable de cette expulsion, la famille refuse d’embarquer sur le vol à destination de l’Allemagne .

Le lendemain, la préfecture du Doubs abroge l’arrêté de placement en rétention et la famille se retrouve à la rue au beau milieu du village du Mesnil-Amelot après avoir été enfermée pendant 48 heures éprouvantes. Ils parviennent à regagner le Doubs.

Le 30 août 2016, rebelote, le préfet du Doubs récidive : tous les membres de la famille sont de nouveau interpellés à domicile dans la matinée dans l’objectif de les enfermer à nouveau. Leur transfert jusqu’au centre de rétention prendra la journée.

Le lendemain, ils sont réveillés à l’aube par les policiers pour être conduits de force à l’aéroport. Refusant l’expulsion, ils se trouvent toujours actuellement dans l’attente d’une audience au Tribunal administratif de Melun, qui doit se prononcer ce vendredi 2 septembre sur la légalité de cette nouvelle privation de liberté.

Alors que cette famille a toujours respecté les conditions de son assignation à résidence, les autorités maintiennent enfermés ces deux très jeunes enfants et leurs parents.

Dans le même temps, une nouvelle opération dirigée par la préfecture du Doubs se déroule au CRA : un couple de nationalité géorgienne et leur fille de 13 ans ont passé la nuit au CRA avant d’être expulsés au petit matin, le jour de la rentrée scolaire, en République Tchèque.

La préfecture du Doubs s’illustre une énième fois par ses pratiques en matière d’expulsion de familles.

La Cimade appelle à ce que cesse immédiatement cet acharnement administratif et que soit mis un terme à l’enfermement des enfants en rétention, y compris à Mayotte.