ON EXPULSE !

EXILES DE PAYS EN CRISE OU GRAVEMENT MALADES EN INSTANCE D’EXPULSION

Ces dernières semaines au centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot, les situations portant atteinte aux droits fondamentaux des personnes se multiplient.
Le gouvernement français a durci sa politique et décidé de renvoyer de force vers l’Afghanistan, le Soudan ou le Kurdistan irakien, faisant ainsi courir des risques de traitements inhumains et dégradants aux personnes qui ont fui ces pays en crise.

Un autre phénomène se développe : le renvoi vers des pays européens qui sont connus pour expulser ensuite vers des pays où les personnes peuvent être menacées.
Les tensions sont très fortes pour ces personnes qui ont fui des pays où leur vie est en danger.

Enfin, une tendance déjà observée en 2016 perdure : des préfectures privilégient l’expulsion, contre l’avis de médecins experts ayant considéré qu’elles auraient « des conséquences d’une exceptionnelle gravité sur la santé des malades ».

La Cimade, extrêmement inquiète de ces constats, appelle au respect des droits de ces personnes et condamne vivement la multiplication des renvois vers des pays à risque et les insuffisances du dispositif de protection des personnes gravement malades.

Lire l’intégralité de cet article de La Cimade du 17 mars 2017