« La police m’a convoqué et me voilà enfermé »

Paroles de désespoir au-dessus du grillage.

Quarante-deux hommes, originaires pour la plupart de pays africains, sont enfermés au centre de rétention de Saint-Jacques-de-la-Lande. Les militants du collectif de soutien aux personnes sans papier viennent s’informer durant ces parloirs sauvages de la situation des personnes retenues. Un escabeau est nécessaire pour surmonter la bâche installée par l’administration.
Régulièrement, une trentaine de bénévoles viennent discuter avec les personnes enfermées au centre de rétention administrative de Saint-Jacques. Paroles de désespoir au-dessus du grillage.

Reportage de Serge LELUYER pour Ouest-France
lire la suite du reportage