Cercle de silence de COLMAR

110ème CERCLE DE SILENCE de COLMAR
mercredi 30 mai, de 18h à 19h, près du musée Unterlinden

APPEL à participer à tous ceux qui veulent
respecter la dignité humaine
des étrangers sans titre de séjour
Venez nombreux à cette manifestation.
Même pour quelques instants. Invitez vos amis.

Loi Asile et Immigration : Un texte qui reste dangereux
pour les migrants et les demandeurs d’asile.

Après une longue semaine de débats à l’Assemblée nationale, la majorité présidentielle a adopté dans la nuit du 22 au 23 avril 2018 le projet de loi Asile et Immigration, sans qu’aucune disposition ne vienne atténuer la dangerosité de ce texte.
Les parlementaires estiment avoir « rééquilibré » le texte grâce à quelques amendements. Mais cela ne change en rien la philosophie générale du projet et n’atténue pas pour les personnes migrantes les effets délétères des mesures les plus répressives.
Les associations vont continuer la mobilisation et alerter les sénatrices et les sénateurs des dangers de cette loi, même si, au vu de la composition du Sénat et de la détermination du gouvernement, il n’y a pas d’illusions à se faire.

Voir en pièce jointe, le texte d’une analyse synthétique de la loi par la Cimade.

_

<!***************************************************>

107ème CERCLE DE SILENCE de COLMAR
mardi 30 janvier, de 18h à 19h, place des Martyrs de la Résistance

APPEL à participer à tous ceux qui veulent
respecter la dignité humaine
des étrangers sans titre de séjour

Entendez-nous Monsieur le Président !

Le 27 juillet Emmanuel Macron a déclaré : « Je ne veux plus avoir, d’ici la fin de l’année, des femmes et des hommes qui vivent dans les bois, dans les rues, perdus. C’est une question de dignité, c’est une question d’humanité et d’efficacité ».

Nous sommes au début de l’année 2018 et des centaines, des milliers d’exilés vivent et dorment encore dans les rues et dans les bois. Parce qu’il n’y a pas assez d’abris pour eux et aussi parce que les pouvoirs publics ne veulent pas les accueillir en France.

Où est la dignité ? Quand des exilés sont harcelés par les forces de l’ordre qui détruisent leurs abris et leurs couvertures, aggravant les situations de souffrance et d’errance.
Où est l’humanité ? Quand des centres d’hébergement d’urgence sont transformés en lieux de fichage et de triage entre ceux qui seraient « accueillables » et ceux qui seraient « jetables », c’est à dire voués à l’expulsion vers des pays qu’ils viennent de fuir.
Il faut cessez de taxer d’angélisme ou de naïveté les associations ou les citoyens qui se mobilisent partout en France par solidarité et qui réclament une politique digne de ce nom, une politique d’accueil à la hauteur des défis migratoires d’aujourd’hui.

Vous trouverez en pièce jointe les textes des prises de parole :
Prise de parole 106 du 30 01 2018 de Pascal Brice OFPRA« L’Ofpra subit de plein fouet les failles du système européen de l’asile. »
Message adressé par la présidente de la Cimade au Président de la République.
Communiqué de presse cimade

Cordialement
Le collectif du Cercle de silence cercledesilence.colmar@orange.fr

_

<!*************************************************>

CERCLE DE SILENCE DE COLMAR
Lundi 30 octobre 18h à 19h Place des Martyrs de la Résistance

APPEL à participer à tous ceux qui veulent
respecter la dignité humaine
des étrangers sans titre de séjour

LA FRANCE ACCÉLÈRE LES EXPULSIONS VERS L’AFGHANISTAN

Alors que l’Afghanistan connait une flambée de violences qui touche principalement les civils, des pays européens, notamment la France, accélèrent les expulsions d’Afghans vers leur pays d’origine.
La situation sécuritaire est de plus en plus dangereuse en Afghanistan où on assiste à une augmentation du nombre de victimes civiles ; 11 400 personnes ont été tuées ou blessées en 2016 principalement par des Talibans et des groupes djihadistes.

Les États européens n’ignorent aucunement la dangerosité de la situation en Afghanistan. Cependant, le nombre de retours forcés depuis l’Europe est en augmentation rapide, à un moment où celui des victimes civiles enregistrées par l’ONU atteint un niveau record. Le nombre d’Afghans renvoyés dans leur pays par des États européens a presque triplé en un an (3 290 en 2015 à 9 460 en 2016). Ces retours correspondent à une baisse très nette des avis favorables donnés aux demandes d’asile, passés de 68 % en septembre 2015 à 33 % en décembre 2016.

En France, les constats montrent une dégradation de la situation à partir de 2016 qui s’accentue encore en 2017. La France a multiplié les mesures d’éloignement à l’encontre de ressortissants afghans et les enferment de plus en plus massivement dans des centres de rétention.


Ces retours constituent des violations flagrantes du droit international et ils doivent cesser immédiatement. Les mêmes pays européens qui s’étaient naguère engagés pour que les Afghans connaissent un avenir meilleur anéantissent aujourd’hui tous leurs espoirs et les condamnent à repartir dans un pays qui est devenu encore plus dangereux que lorsqu’ils l’ont quitté.

Vous trouverez en pièces jointes les textes des prises de parole :
* La France accélère les expulsions vers Afghanistan
* Le projet de loi G Collomb ouvre une brèche dans le droit d’asile

_

103 ème CERCLE DE SILENCE de COLMAR

dimanche 30 juillet, de 18h à 19h, place des Martyrs de la Résistance

APPEL à participer à tous ceux qui veulent
respecter la dignité humaine des étrangers
sans titre de séjour.

Plan « migrants » : un énième ajustement d’une politique sans cap

Le gouvernement annonce le 12 juillet 2017 un plan  » migrants » qui ressemble à s’y méprendre à toutes les annonces distillées ces dernières années par la précédente majorité. Il s’inscrit dans un politique de continuité, sans perspective à long terme, ni réel projet pour construire une politique migratoire respectueuses des droits des personnes.

Après une rencontre inutile avec les associations , le gouvernement annonce une série de mesures sur l’asile et les migrations, notamment le renforcement des effectifs dans les guichets uniques des demandeurs d’asile (GUDA) pour réduire des délais d’enregistrement qui ont atteint en moyenne plus de 35 jours en janvier 2017 au lieu du délai de trois jours prévu par la loi. Pendant cette période, les personnes n’ont pas de statut et n’ont pas accès aux conditions d’accueil pourtant prévue par le droit européen.
La réduction annoncée des délais d’instruction des demandes d’asile ne doit pas se faire au détriment des droits des personnes et des garanties prévues par la loi (entretien personnel, examen en formation collégiale à la CNDA notamment).
Par ailleurs, la création, en deux ans, de 7 500 places de centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) ne permettra toujours pas d’héberger toutes les personnes en attente (début 2017, seulement la moitié des demandeurs d’asile était hébergée).
Seule satisfaction, la création de 5 000 places d’hébergement provisoire pour les réfugiés statutaires.
Sur le volet répressif, l’État souhaite expulser plus vite et plus de personnes étrangères, quelle que soit leur situation ou leur pays d’origine. L’acharnement sur les personnes afghanes par le préfet du Pas-de-Calais donne le ton, avec l’expulsion effective à Kaboul lundi 10 juillet d’un Afghan probablement muni d’un laissez-passer européen délivré en vertu de l’accord UE-Afghanistan du 2 octobre 2016.

Le plan annoncé entonne le refrain habituel : « on peut accueillir les réfugiés politiques, mais pas les migrants économiques ». Or, les études scientifiques et le terrain démontrent que les motifs de départ sont multiples, complexes et bien souvent liés entre eux. S’y mêlent la violence politique, religieuse ou culturelle, la faillite politique et économique, l’absence de perspective d’avenir, la santé ou les dérèglements climatiques. Enfermer les personnes dans ces catégories et opposer les réfugiés aux migrants économiques, c’est nier la réalité et faire mine de gérer la situation avec fermeté pour satisfaire une partie de l’opinion opposée à l’accueil.

Retrouvez le dossier de presse présenté par le premier Ministre le 12 juillet 2017 en cliquant sur le lien suivant : « Garantir le droit d’asile, mieux maîtriser les flux migratoires »
et son résumé en cliquant sur cet autre lien : https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Garantir-le-droit-d-asile-mieux-maitriser-les-flux-migratoires

Ci-joint également les communiqués de presse de la prise de parole 102 du 30 juillet 2017 communiqué FNARS et de la prise de parole 102 du 30 juillet 2017 communiqué LDH 13 07, en réaction à ce plan « migrants ».

Venez nombreux à cette manifestation.
Venez nous rejoindre,
même quelques instants entre 18h et 19h.
Relayez l’appel à participer dans vos réseaux
et auprès de vos amis.

Cordialement. Le collectif du Cercle de silence
cercledesilence.colmar@orange.fr
www.facebook.com/cercledesilencecolmar