Cercle de Mazamet

CERCLE DE SILENCE DE MAZAMET mai 2018

Des Mazamétain/es se sont retrouvés samedi 12 mai à 10h30, au milieu du marché, rue de Verdun pour dénoncer l’enfermement d’enfants et d’adultes non-délinquants.

Depuis 10 ans (8 ans à Mazamet) nous dénonçons l’hypocrisie des CRA que l’état appelle lieu de rétention et que nous nommons prison.

La Prison est un lieu où on enferme les gens, pour les priver de liberté … pour les punir d’avoir enfreint les lois.

Le Centre de Rétention est un lieu où on enferme les étrangers, on les prive de liberté, avant de les renvoyer vers la misère, la guerre … un lieu de privation de liberté est une prison.

Depuis plus de 10 ans , les différents gouvernements successifs, affirment ne pas enfermer les enfants. C’est un mensonge.

Par ex. le Centre de Rétention d’Hendaye, fermé depuis longtemps va rouvrir après des travaux. Et que trouve-t-on dans ce lieu ? Des pièces aménagées pour accueillir des familles, des parents et des enfants … et en même temps l’état nous promet que jamais il n’enfermera d’enfants.

Cette information, et beaucoup d’autres, je l’ai obtenu en participant pendant 2 jours (sur 70) à la marche citoyenne de Vintimille à Londres (30 avril-8 juillet), démarche qui permet à des citoyens côtoyant des migrants au quotidien de se rencontrer et de partager tout au long d’une journée de marche, et d’informer sur la vie des migrants dans notre pays.

Du 30 avril au 2 mai, j’ai rencontré des militants bénévoles de l’Auberge des Migrants de Calais, des membres de Roya citoyenne (ces 2 associations aux frontières de la France) et d’autres personnes agissant ici et là aux 4 coins de l’hexagone, mais aussi une luxembourgeoise, une suisse, des britanniques.

J’ai rencontré aussi des personnalités, comme Marie Christine Vergiat et José Bovet députés européens, l’évêque de Vintimille et celui de Partenia Jacques Gaillot, le chanteur HK… mais pourquoi les nommer eux, alors que je devrais citer aussi Cédric, François … les 101 marcheurs et la trentaine d’accompagnateurs du 1er jour de marche dans la vallée de la Roya.

Participer à cette marche m’a conforté dans nos actions d’aide et d’accompagnement. Nous ne sommes pas seuls dans le Tarn a agir pour que la France redevienne le Pays des Droits de l’Humain, et d’autres sont plus efficaces que nous ne le sommes.

Avec cette force que nous donne la marche, continuons à dénoncer le projet de loi Asile et Immigration : Code de la honte, et faisons tout pour ne pas accepter les mensonges qui nous sont assénés jour après jour.

Pour les participants au Cercle de Silence,
Eric Vergniol

_

CERCLE DE SILENCE DE MAZAMET janvier 2017

Tout homme et toute femme a droit à la dignité

«Les 180 cercles de silence français s’insurgent contre les CRA (centre de rétention administrative) qui, quoique disent nos gouvernants, sont des prisons où sont incarcérés des femmes, des hommes, des enfants qui n’ont pas les bons papiers, ni la bonne richesse, pour rester en France».

Eric Vergniol, membre du cercle de silence, dénonce aussi la non-assistance à personne en danger et la condamnation de l’aide à ceux qui ont froid, qui ont faim, qui fuient la guerre, la persécution, la discrimination, la misère.C’est aussi notre combat pour l’Homme, pour les Droits de l’Homme (déclaration signée par la France).

Alors ce samedi 14 janvier (comme tous les mois depuis sept ans), au milieu du marché de Mazamet , de 10h30 à 11h30 (rue de Verdun) .«Nous manifesterons de manière non violente (en silence) pour que toute personne sur notre sol soit traitée dignement et que ceux qui aident comme Alain Manoni, Cédric Herrou ne soient pas condamnés à cause des valeurs qu’ils défendent. Vous pouvez vous joindre à nous pour un moment pour signifier notre solidarité avec les étrangers qui essaient de vivre».

La Dépêche du Midi Publié le 14/01/2017 à 03:52, Mis à jour le 14/01/2017 à 09:16