Cercle de silence de Rennes 14

Cercle du 3 avril 2019

D’Emmanuelle : A défaut de réunion, quelques impressions tout à fait personnelles à propos du dernier cercle.
D’abord, grand soulagement : il ne pleut pas ce qui nous a permis de déployer tout le matériel.
Le cercle n’a pas été très important (je ne compte jamais) mais des jeunes sont entrés pour un moment
Bonne ambiance dans les rencontres mais je ne suis pas la seule à avoir « tracté… »

  • Trois hommes venant du Maghreb et qui se montrent très encourageants et admiratifs : notre cercle est, pour eux, la preuve que les français agissent; il faut continuer disent-ils.

  • Un homme d’un certain âge qui lit un panneau et se propose de nous conseiller : le silence n’est pas efficace et n’aura aucun résultat, il faut faire du bruit; la preuve: en quelques semaines, les gilets jaunes ont obtenu plus que tous les syndicats réunis en plus de 30 ans…

  • Devant ce même panneau s’arrêtent deux jeunes femmes qui connaissent bien le problème des migrants: l’une d’elle, native du Nord, a travaillé dans la santé dans la jungle de Calais; elle a assisté au démantèlement; du coup, le monsieur précédent l’interroge : d’où vient-elle ? il se trouve qu’ils sont originaire du même endroit et s’embrassent tout en discutant; le cercle peut permettre de belles rencontres…

  • Ce principe s’est de nouveau vérifié devant un autre panneau qui a retenu l’attention de deux jeunes femmes aux origines “mélangées” : papa algérien, maman alsacienne pour l’une par exemple; elles sont tout à fait d’accord avec l’affirmation de La Cimade inscrite sur le panneau : il n’y a pas d’étrangers sur cette terre; elles sont rejointes par un monsieur assez âgé qui se présente comme ancien prof de fac aux origines délicates : il a subi l’insultant “fils de boche” dans son enfance et sa jeunesse car son papa était allemand et sa maman Kabyle; une intéressante discussion s’engage entre eux autour de l’accueil des étrangers

  • A la fin, un jeune homme dont la famille est venue d’Algérie se montre plutôt amer par rapport à la France qui est le pays des Droits de l’homme mais où le racisme tient une grande place; son père a eu beaucoup de mal à avoir les papiers: l’administration peut se montrer très tatillonne….

Et, à la fin du cercle, le debriefing proposé à la réunion précédente pour remplacer la réunion habituelle n’a pas eu lieu faute de participants; Jacques a , cependant, prévu d’envoyer 2 avis à Ouest-France : un avant le 1er mai pour faire savoir que, faute de moyens de transports, le cercle était reporté au 8 mai et un second avant le mercredi 8 mai pour rafraichir la mémoire.

Bonne soirée Emmanuelle T

_

CERCLE DE SILENCE DE RENNES le mercredi 6 mars 2019

Bonsoir

Témoignages sur le cercle de mars ( 2 mails en 2 tonalités différentes).

De Geneviève : Mes impressions sont très personnelles, sont des constats (un peu rudes, je le reconnais) et non pas des jugements : chacun de nous fait ce qu’il peut.Je vous avoue que je l’ai assez mal vécu…

  • D’abord il pleuvait et j’avais oublié mon parapluie ! Mais on a raison de ne pas s’abriter : on est plus visible.

  • Nous étions très peu nombreux, 20 à son maximum, 8 à la fin : si cela tombe encore un mercredi des cendres, il faudra sérieusement se poser la question de le décaler ou non.

  • Avions-nous fait assez de pub ?? Je ne l’ai pas lu dans Ouest-France.

  • Sans lanterne, ni nos affiches expliquant que c’était le 11 ème anniversaire, je ne sais pas ce que les passants ont compris des 11 photophores (que l’on n’a pas réussi à allumer d’ailleurs) : heureusement qu’il y avait la lampe de poche au milieu (merci à celui qui en a eu l’idée).>

  • Une amie de Bienvenue a participé et a été heureusement surprise de tous les gens qui se sont arrêtés, ont lu les panneaux : donc, mon constat, assez défaitiste je l’avoue, doit être tempéré (son avis m’a été précieux pour avancer).Il montre seulement nos limites actuelles que l’on ne peut qu’accepter, tout en cherchant des solutions.

D’Emmanuelle : Oui l’annonce est parue dans Ouest-France et pas dans les entrefilets de bas de page, donc la visibilité de lapresse était au rendez- vous.
C’est vrai qu’il y a eu des ratés : la lampe et les bougies qu’il n’était pas possible d’allumer, l’inutilité de sortir tous les panneaux à cause de la pluie mais déjà réunir une vingtaine de personnes pendant 1 heure
malgré le temps de chien , au bout de 11 ans de présence mensuelle, ce n’est pas si mal…et voir que des
personnes ont bravé les éléments pour regarder de plus près les affichages, ça justifie(s’il était besoin)
notre présence me semble-t-il ?Pour moi, la tenue du cercle relève toujours un peu du miracle : à chaque
fois il y a des volontaires présents, je m’en étonne et m’en réjouis car l’important c’est aussi d’être là….je me contente peut être de peu ?????
PS : il me revient en mémoire qu’il y avait aussi ce Mercredi en fin d’après- midi, une conférence débat sur le thème des migrants aux Champs libres (j’ai regretté de ne pouvoir y être); il n’y a peut-être pas que les Cendres pour expliquer le peu de monde…

_

CERCLE DE SILENCE DE RENNES le mercredi 5 septembre 2018

Témoignages d’Emmanuelle:

Bonjour

Ne pouvant participer à la prochaine réunion (le 19 septembre?) , j’ai préparé un compte rendu qui ne reflète que mon ressenti à propos du dernier cercle…

  • grosse surprise à l’arrivée : la place est occupée par une manifestation avec banderoles, animations…
  • question immédiate : tenir ou non le cercle ? si oui : où?
  • se renseigner au sujet de la manif présente : elle se tient à l’initiative d’associations (UTUD, Bienvenue entre autres) qui œuvrent au logement de personnes à la rue notamment des migrants pour exiger un logement pour tous; elle était prévue place de la mairie mais, comme pour nous, le préfet etc…
  • facteur aggravant : l’espace sur la Vilaine couverte est barré par un échafaudage qui, selon OF de Jeudi, doit permettre aux passants d’avoir une perspective magnifique sur la ville; cela restreint les possibilités de se déployer sans se gêner

  • décision : tenir le cercle , notre combat ayant un lien (les migrants) avec celui de la manif présente même si le sujet n’est pas exactement le même, avec un minimum de matériel (les 3 grands panneaux et la bougie qui en a profité pour se répandre sur le granit municipal…)
  • le cercle s’est mis en place sur un espace restreint entre arcades et escalier du métro; nous avons rencontré un nombre certain de personnes que nous n’aurions pas forcément contacté autrement
  • pour ma part, j’ai eu des demandes d’information à propos du CRA : précieuses photos sur les panneaux et statistiques de la Cimade très utiles pour les précisions, très étudiées aussi (nationalités : pourquoi aussi peu de syriens ??? proportion d’expulsés…)
  • la feuille fournie par Jacques a de nouveau servi(ses compétences aussi) pour répondre à la demande d’informations pour venir en aide à des migrants
  • -Une jeune étudiante qui s’est excusée de constater que des personnes d’un certain âge (elle n’osait pas aller plus loin) pouvaient se mobiliser pour défendre la cause des migrants car ,selon ses connaissances, seuls les jeunes étaient susceptibles de se mobiliser…elle était à la fois étonnée et ravie
  • une seule remarque acerbe et négative venue d’un jeune homme qui, avec ses amis, a rapidement traversé la place : mais il y a des français qui sont à la rue Madame…certes mais il est possible de militer avec le DAL 35 ou Emmaüs ou la fondation Abbé Pierre ou autres qui œuvrent dans cette direction (il ne m’a pas laissé le temps de discuter avec lui)
  • Pour moi , malgré la difficulté parfois à se faire entendre (tambours), un cercle très intéressant
  • Et l’idée qu’il faudra sans doute se préparer à tenir d’autres cercles dans des conditions un rien chahutées…

Bon week end et bonne future réunion

Emmanuelle T